La colère d’une fourmi

Le 14 juillet dernier un ami est mort.
Alors que quelques jours plus tôt je terminais un texto à son attention : « Bon anniversaire et on se voit sans faute en septembre », j’apprends la triste nouvelle.

Durant plus de huit années nous avons partagé les couloirs d’un même bâtiment universitaire à Nanterre.
Nous avons descendu des cafés durant la journée et quelques rares bières en « alter work ».
Il rêvait de musique et moi d’infographie. Nous échangions sur nos envies de changement. Nous nous présentions nos avancées. Nous critiquions l’autre et faisions avancer les choses … parfois.
Je ne fus pas le seul à rêver que sa musique puisse prendre plus de place dans sa vie professionnelle mais ses démons l’empêchaient d’avancer. Je n’ai jamais rencontré ses mystérieux fantômes mais je constatais jours après jours leur influence.
Par amitié, par plaisir, par conviction, pour mille raisons j’ai accompagné Skeuv (de son « nom de scène ») à la recherche d’un nouvel élan et puis je me suis détourné par lassitude de ne pas le voir progressé. Par facilité aussi je l’ai laissé un peu plus « seul » hors de nos heures de travail.
A ce moment Madame V. arriva dans notre service et dans nos vies. Elle prit le relai avec son vécu et sa folie positive. On aurait pu croire au miracle mais malheureusement son amitié, il n’y eu que quelques éclaircies avant que la santé de Skeuv ne fasse la conne et ne s’abîme.

Skeuv était un collègue, il était devenu un ami. Et puis le temps le fit devenir un ensemble de souvenirs agréables planqués entre deux moments du quotidien.
Dans ces cas-là on se dit toujours que l’on n’a pas été présent quand il fallait et que l’on s’est éloigné trop facilement.

Ce qui m’attriste le plus c’est qu’il rêvait d’inscrire sa musique dans le temps, l’époque, les têtes, … (un peu comme moi et mes images). Il faisait tout pour protéger sa musique pensant à un succès prochain. De lui ne reste finalement presque rien maintenant hors de ses disques dures égaré je ne sais où.
J’ai la chance (avec d’autres) d’avoir quelques morceaux discrètement partagés (dont la très bonne maquette de triphop-lounge-biduletrucchouette : TTime) et pourtant Google l’a déjà oublié ou presque. On trouve encore (mais pour combien de temps), un lien professionnel qui disparaitra à la prochaine mise à jour, une page sur les copains d’avant dont la photo de profil est la seul image que Google présent à la recherche de son vrai nom. Et puis il y a un myspace, un blog, des collaborations avec sa colloc et artiste sur Youtube (ou l’on entrevoit sa tête entre les deux effets visuels « hardcore »).

J’avais eu le plaisir de faire deux, trois choses pour l’accompagner dans son histoire musicale. Un (mini) site qui ne s’est jamais étoffé ou trenne quelques sonneries pour téléphone portable … des bouts de morceaux jugés sans avenir ?

et deux jaquettes de CD qui n’ont jamais servi (et pas forcément bien vieilli)

Je termine l’écriture de ces mots entre colère, honte et tristesse. Cela faisait plus d’une année que noyé dans le boulot et une vie de famille je remettais au lendemain de retrouver Skeuv (et quelques autres d’ailleurs).
La dernière fois que nous nous sommes parlé il était retourné à l’hosto pour un traitement choc contre une infection au niveau du poumon. Je me suis un peu caché derrière ma réelle peur des hôpitaux en lui disant : « On se voit dès que tu sors », et puis …
La dernière fois que j’ai eu de ses nouvelles c’était par email. Il me demandait de faire suivre sur les réseaux sociaux les vidéos de sa coloc dont il avait signé le son. J’avais fait suivre sur les réseaux sociaux … (Deep mode, nuclear me, psychosomatik 02, nuclear3, les flots 04, Bleu profond, Future)

Aujourd’hui je ne peux lui offrir qu’un article sur mon petit blog, un trace numérique de plus pour le faire survire juste un peu plus.

Skeuv, je suis tellement triste de ne pas avoir été dans les parages à la fin, tellement triste de ne plus te savoir « les pieds sur terre ».

Je m’aperçois que nous n’avons pas assez de temps et que nous le perdons plus ou moins à essayer de faire quelque chose. Nous ne faisons que passer. Pour la plus grande partie d’entre nous, nous ne laisserons aucune trace (immortelle) de notre passage. Tout cela me fait réaliser que nous ne sommes que des points au milieu d’une fourmilière qui ne s’arrête jamais de fonctionner. Ne sommes-nous ici que pour subir et partir ?

Belle-Ile-en-Mer …

A côté de la série où j’ai essayé quelques mélanges, j’ai aussi extrait ces deux images sans lien thèmatique direct entre elle.

Juste une belle association de couleurs et de formes « Made in » Belle-Ile-en-Mer …

… et l’une des nombreuses et délicieuses assiettes déguitées (et photographiées) au restaurant de notre (super) hotel le Grand Large.

J’ai tellement d’autres images à travailler sur ces quelques jours à Belle-Ile-en-Mer …

Belle-Ile-en-Mer

Presque deux années ont passé depuis que j’ai pris les images qui suivent.

Je n’ai pas eu beaucoup de temps à consacrer à la retouche dernièrement mais j’ai (très) doucement avancé sur cette série.
Dans un premier temps j’ai voulu utiliser ces images pour reprendre mon travail sur la simulation de grain photo argentique et puis je me suis égaré …
Suite à un mauvais jeu de claques sous photoshop  j’ai creusé un nouveau mélange. Je ne négocie pas encore les doses de ce nouveau cocktail mais ça me plait bien.

Une moitié d’image couleur, un tiers des tons gris isolés et retravaillés et le reste de N&B bien contrasté.

L’effet marche beaucoup mieux sur des images naturellement colorées.

Encore à creuser …

 

 

 

 

 

 

Narcisse Project, 8 ans

Après avoir présenté les origines de ce projet sans fondements artistique en octobre 2012, je continue …
Huit années maintenant que je me tire le portrait une fois par mois (ou presque).
Pas de marques majeurs laissés par le temps mais ça évolue douuuuuucement.
Une affaire à suivre !

C’est parti pour 8 ans en une vintaine secondes :

#MVMO2014 en vidéos !

Presque une année après j’ai le plaisir de mettre en ligne les vidéos de  Maman, viens voir mon Ouzbékistan – #MVMO2014

Il en aura fallu du temps pour produire 37 minutes de vidéos.
J’ai le plaisir (encore) de vous présenter huit chapitres (pas toujours égaux) : des moments de vie(s), de découvertes, des essaies de réalisation, un exercice de post-production,  … :
Au marché – 1/8 (mis en ligne le 29/06/2015)
Le héné – 2/8 (mis en ligne le 07/07/2015)
En Train – 3/8 (mis en ligne le 07/07/2015)
En mode reportage – 4/8 (mis en ligne le 13/07/2015)
La Nourriture – 5/8 (mis en ligne le 20/07/2015)
La Famille et les Autres – 6/8 (mis en ligne le 27/07/2015)
Shafirkon – 7/8 (mis en ligne le 03/08/2015)
Samarkand – 8/8 (mis en ligne le 10/08/2015)

Rendez-vous ici même pour les prochaines vidéos !
Inscrivez-vous sur Facebook pour  recevoir une alerte à la prochaine vidéo mise en ligne !